Article écrit par Sébastien Mareuil
5 Apr 2022 @ 4:18pm
Partager

Le rendement moyen servi par les fonds en euros fin 2020 a encore chuté à 1,28%. Tandis que certains contrats flirtent avec les 3%, d’autres dépassent à peine 0,50%. On constate des différences énormes entre la centaine d’assurances-vie existant sur le marché !

Si vous êtes à la recherche de la meilleure assurance-vie, vous êtes au bon endroit ! Découvrez tout de suite notre sélection des meilleurs contrats et notre guide détaillé pour choisir la meilleure assurance-vie, selon votre profil.

Résumé de notre comparatif des meilleures assurances vie 

Contrat
Note de la rédaction 5/5 5/5 4,5/5
Offre de bienvenue
Jusqu'à 500€ offerts
Jusqu'à 500€ offerts
Aucune
Premier versement
1000€
1000€
1000€
Mode(s) de gestion
Déléguée
Libre, Déléguée, Mixte, Conseillée
Libre, Déléguée, Conseillée
Frais (gestion annuelle)
0.85% + 0.55% (ETF)
0.60%
0.60% à 0.70% (FE) / 0.85% (UC)
En savoir plus

Quelles sont les meilleures assurances vie : Notre top 3

Après avoir passé en revue une centaine de produits, notre top 3 est composé de :

  1. Nalo Patrimoine (Generali Vie) : grâce à son excellente gestion pilotée
  2. Placement-direct Vie de Placement-direct.fr (SwissLife) : un produit expert et ultra-complet
  3. BforBank Vie (Spirica) : excellent produit dans la catégorie banque en ligne

Nalo Patrimoine : Historique et fonctionnement

Lancé en novembre 2017, Nalo Patrimoine fait partie de la nouvelle génération de contrats à gestion automatisée (robo-advisor).

La philosophie est séduisante : faire cohabiter, au sein d’un même contrat, différentes épargnes pour plusieurs projets. L’idée est donc de préparer sa retraite, préparer sa transmission, financer les études de ses enfants ou avoir une épargne de précaution … grâce à plusieurs poches au sein d’une même assurance-vie.

La gestion de ces poches est assurée par une combinaison d’algorithmes et d’expertise humaine. Il n’est donc pas possible de gérer soi-même ses placements.

En revanche, un profilage très précis permet de sélectionner le style de gestion qui vous convient. De plus, il est possible à tout moment de modifier son orientation.

Nalo privilégie les fonds indiciels (ETF et trackers), associés à un excellent fonds en euros (Netissima). Une stratégie qui a fait ses preuves avec des frais très réduits.

screenshot nalo patrimoine

Les produits et services proposés par Nalo

A mesure que l’on se rapproche de l’échéance d’un de vos projets, Nalo bascule progressivement votre épargne vers des placements sécurisés.

Nalo propose par exemple un portefeuille « Épargne de précaution ». Il imite la stratégie d’un Livret A, c’est-à-dire que votre épargne est investie en obligations. Celui-ci a servi une plus-value de 3,6% en 2020 !

Il y a beaucoup d’autres portefeuilles-types. Ils se nomment : ISR Éco-responsable, Standard, Complément PEA, Non-Immobilier.

Les frais de gestion annuels sont de :

  • 1,65% sur la gestion (dont 0,55% sur le mandat de gestion et 0,25% sur les ETF)
  • 0,85% sur le fonds en euros

Le contrat Nalo Patrimoine en résumé :

Assureur GENERALI VIE
NALO Patrimoine : meilleure assurance-vie en gestion pilotée
Type de contrat Contrat individuel
Versement initial minimum 1 000 €
Rachat partiel isolé 500 €
Frais
Frais sur versement 0,00%
Frais de gestion fonds euros 0,85 %
Frais de gestion sur unités de compte 0,85 %
Frais d'arbitrage en ligne 0,00%
Frais sur versement de rente 0,00 %
UNITÉS DE COMPTE DISPONIBLES
Unités de compte 30 ETF et Trackers
FONDS EUROS
Nom(s) NETISSIMA
Rendement 2020 1,00 %

Les avantages et inconvénients de Nalo

✔️ Voici les principaux avantages de Nalo Patrimoine :

  • Le multi-projets en un contrat
  • La gestion ultra-personnalisée
  • Un portefeuille 100% fonds euros
  • La gestion privée à >250 000 €
  • 72h chrono pour un rachat

 Voici les inconvénients du contrat :

  • Absence de gestion libre
  • Frais de gestion ETF élevés

Placement-direct Vie : Historique et fonctionnement 

Placement-direct Vie a été lancé en 2008, et elle est aujourd’hui l’une des meilleures assurance-vie du marché. Il s’agit d’une exclusivité SwissLife.

Sa principale originalité est la possibilité de combiner plusieurs gestions sur un même contrat. Comme Nalo Patrimoine, l’idée est donc de préparer sa retraite, préparer sa transmission, financer les études de ses enfants ou avoir une épargne de précaution … au sein d’une même assurance-vie.

L’offre de supports sur le contrat a graduellement évolué : de 150 à ses débuts, il est passé à 500 à 2013, et il en compte désormais plus de 1000.

L’idée est de privilégier autant la quantité que la qualité, en proposant aussi un grand nombre de profils de gestion. A l’heure actuelle, vous avez le choix entre 17 profils !

screenshot darjeeling placement direct fr

Les produits et services proposés par Placement-direct Vie

Placement-direct Vie propose une offre colossale de supports. Avec 1000 supports répartis en une dizaine de familles, les allocations possibles sont donc quasi-illimitées.

Il n’empêche que le fonds euros SwissLife est accessible à 100%. D’ailleurs le taux de rendement servi est stratosphérique : jusqu’à 2,90% en 2020. Le taux de base de 1,10% est en effet majoré lorsque le contrat est investi en unités de compte.

Les frais sont de :

  • 0,60% sur le fonds euros et les UC
  • 0,40% sur le mandat de gestion (0,70% sur les ETF)

Le contrat Placement-direct Vie en résumé :

Assureur SWISSLIFE
DARJEELING : meilleure assurance-vie du marché
Type de contrat Contrat individuel Gestion libre Gestion déléguée (17 profils)
Modes de gestion Gestion conseillée
Versement initial minimum 1000€ (100€ versements programmés)
Frais
Frais sur versement 0,00%
Frais de gestion fonds euros 0,60 %
Frais de gestion sur unités de compte 0,60 %
Frais d'arbitrage en ligne 0,00%
Frais de gestion déléguée 0,40% à 0,70%
UNITÉS DE COMPTE DISPONIBLES
Unités de compte
  • 1000 OPCVM
  • 13 SCPI
  • 2 OPCI
  • 2 SCI
  • 1 SCP
  • 56 ETF
FONDS EUROS
Nom(s) Actif Général SwissLife
Rendement 2020 1,10 % à 2,90%

Les avantages et inconvénients de Placement-direct Vie

✔️ Les avantages :

  • Un ticket d’entrée accessible
  • Une offre de supports colossale
  • La multi-gestion
  • Des fonds immobiliers au top

Les inconvénients :

  • L’absence de titres vifs
  • Fonds euros moyen sans le bonus

La banque en ligne BforBank : Historique et fonctionnement 

Lancé en 2009, BforBank Vie cumule les récompenses en tant que meilleure assurance-vie de la banque en ligne.

Assuré initialement auprès de Dolcea Vie, c’est Spirica qui est derrière le contrat depuis 2014 (Dolcea Vie et Spirica ayant été réunis par le Crédit Agricole).

L’idée est donc de proposer un contrat aux clients de la banque en priorité. Pour autant, le contrat reste ouvert aux clients extérieurs. BforBank Vie a été pensé pour intégrer une part de risque.

screenshot bforbank vie

Les produits et services proposés par Bforbank 

Sur ce contrat, BforBank proposait 2 fonds en euros jusqu’en septembre 2020. Depuis, le fonds Euro Allocation Long Terme 2 est fermé aux nouveaux souscripteurs.

Seul reste donc le fonds Dolcéa Vie. Ce fonds euros historique est intéressant, mais pas le meilleur du marché. D’ailleurs, une limite de 75% sur vos versements est imposée.

Sans possibilité d’investir à 100 % en Fonds en Euros, BforBank Vie propose un choix d’unités de compte assez intéressant. C’est grâce à son excellente gestion pilotée qu’il fait la différence avec les autres contrats de la banque en ligne.

Les frais sont de :

  • 0,60% sur le fonds euros encore ouvert aux versements
  • 0,85% sur les UC
Assureur SPIRICA
Meilleure assurance-vie de la banque en ligne : BFORBANK VIE
Type de contrat Contrat collectif Gestion libre
Modes de gestion Gestion pilotée (4 profils)
Versement initial minimum 1 000,00 €
Frais
Frais sur versement 0,00 %
Frais de gestion fonds euros EURO ALLOCATION LONG TERME 2 0,70 %
Frais de gestion fonds euros EURO DOLCEA VIE 0,60 %
Frais de gestion sur unités de compte 0,85 %
Frais sur versement de rentes 0,00 %
Frais d'arbitrage en ligne 0,00%
UNITÉS DE COMPTE DISPONIBLES
Unités de compte
  • 51 OPCVM
  • 8 SCPI
  • 2 OPCI
FONDS EUROS
Nom(s)
  • DOLCEA VIE
  • EURO ALLOCATION LONG TERME 2
Rendement 2020
  • Dolcea Vie : 1,35 %
  • Euro ALT 2 : 2,00%

Les avantages et inconvénients de Bforbank

✔️ Voici les avantages de BforBank Vie :

  • Excellente gestion pilotée
  • Une gestion 100 % en ligne
  • Des frais de gestion corrects
  • 0 € de frais d’entrée
  • 0 € de frais d’arbitrage

 Voici les inconvénients du contrat :

  • Des supports en nombre limité
  • Frais moyens sur les UC
  • 3% sur retraits < 3 ans

L’assurance vie, comment ça marche ?

L’assurance-vie est un placement financier, qui repose sur un contrat entre un assureur et un souscripteur, où l’assureur met à disposition une “enveloppe” qui servira à loger des liquidités et des titres.

Dans la pratique, on se sert d’une assurance-vie à des fins finalement assez diverses :

  • se ménager une rente à la retraite
  • se constituer un apport en vue d’un achat immobilier
  • épargner pour financer un projet de vie (créer son entreprise, s’expatrier …)
  • diversifier ses placements
  • préparer sa succession
  • etc.

L’assurance-vie ne doit pas être confondue avec l’assurance-décès. L’assurance-décès repose sur un système dans lequel un capital fixe et garanti est versé aux proches du défunt, quel que soit le total des versements effectués par celui-ci de son vivant.

Avec une assurance-vie, l’idée est même que le capital soit récupéré par l’épargnant au terme d’une phase d’épargne (généralement à son départ à la retraite).

Bien entendu, en cas de décès, un bénéficiaire est prévu dans le contrat. Le capital “final” dépend étroitement des montants versés, et des plus-values enregistrées sur les titres détenus dans l’enveloppe.

En parlant de titres justement, nous devrions plutôt parler de “supports”, que l’on peut répartir en trois familles :

  • Les fonds en euros : les moins rémunérateurs mais les plus sécurisés
  • Les fonds euro-croissance : plus rémunérateurs que les fonds euros mais moins sécurisés, puisque le capital est garanti seulement à une échéance de 8 à 12 ans. Entretemps, le capital peut évoluer en dent de scie, et l’épargnant qui sort avant peut donc récupérer moins que sa mise de départ
  • Les supports en unités de compte ou UC : les plus rémunérateurs mais les plus risqués. Ils sont gérés par des sociétés de gestion et la valeur des parts évolue à la hausse comme à la baisse

Comment choisir la meilleure assurance-vie ?

Pour choisir la meilleure assurance-vie, il y a des critères à respecter et des besoins à clarifier. Dans l’ordre, vous devrez donc :

  1. Définir votre profil d’épargnant
  2. Trier les fonds en euros
  3. Examiner le niveau des frais
  4. Examiner les supports en unités de compte
  5. Faire attention au type de contrat

Définir votre profil d’épargnant

Avant d’investir vos économies, il est plus prudent de définir le risque qui vous semble acceptable. Il faut aussi définir le type d’interlocuteur qui vous rassure le mieux (conseiller en gestion de patrimoine ? Courtier en ligne ?)

Votre tempérament, vos connaissances financières, votre facilité avec l’informatique, l’importance de votre capital, votre situation familiale, votre âge, … sont des éléments de votre profil.

Définissez vos objectifs visés. Une question essentielle concerne l’échéance à laquelle l’épargne sera retirée. Trois ans, cinq, dix ?

Quel épargnant êtes-vous ?

Profil Objectif Orientation assurance-vie
Choisir la meilleure assurance-vie : le profil d’épargnant
Épargnant sécuritaire Sécurité maximale du capital A 100% sur le fonds en euros A 60% sur le fonds en euros
Épargnant prudent Conservation du capital Le reste en supports risqués
Épargnant équilibré Rentabilité moyenne et prise de risque modérée A 50% sur des supports risqués
Épargnant dynamique Rentabilité élevée A plus de 70% sur des supports risqués
Épargnant offensif Rentabilité maximale A 100% sur les supports risqués

Trier les fonds en euros

L’assurance-vie est un placement à long terme. Sa performance ne se juge pas sur la dernière année, mais sur la durée : comptez au moins 4 ans.

La réglementation nous interdit de classer les fonds euros par rendement … A la place, nous allons donc présenter quelques fonds euros qui s’illustrent avec leurs rendements sur les 8 dernières années :

(*) Rendement, net des frais sur versements et prélèvements sociaux

Sur le contrat Nalo Patrimoine, on constate qu’un investissement à 100% sur le fonds euros rapporte une plus-value respectable !

Rappelez-vous qu’un des gros avantages de ce contrat est de vous permettre de répartir votre épargne en plusieurs poches : une poche à 100% en fonds euros, une poche sur des trackers immobiliers, une poche sur des trackers éco-responsables …

Examiner le niveau des frais

La performance d’une assurance-vie se joue tout d’abord sur les frais. Dans un contexte de taux bas, la maîtrise des frais est d’autant plus vitale pour votre rendement.

Pas plus de 1 % sur les frais de versements, moins de 0,70 % pour les frais de gestion et 0 % sur les arbitrages. C’est sous ces niveaux que l’on peut parler d’une “bonne” assurance-vie.

En particulier, les frais de versements à 0% visent à garantir que chaque euro versé doit être investi, pour ne pas partir avec un handicap équivalent à 1 an de rendement !

Exemple d’impact sur un versement de 1000 € :

Frais d’entrée Versement net
Meilleure assurance-vie : sans frais ou avec frais de versements
5% 950€
4% 960 €
3% 970 €
2% 980 €
1% 990 €
0,5% 995 €
0% 1000 €

Examiner les supports en unités de compte

Au moins 50 unités de compte sont nécessaires pour diversifier.

Les fonds en euros servent généralement d’assise : c’est la partie sécurisée de votre épargne.

Avec les unités de compte, vous vous positionnez sur du long terme. Vous êtes donc amené à voir la valeur de vos parts évoluer en dent de scie.

Ici ce sont les contrats internet (Placement-direct.fr, par exemple) qui ont la cote : le contrat Placement-direct Vie compte 1000 supports en UC, une offre colossale !

Mais il n’y a pas que la quantité. Il faut aussi examiner les notations attribuées à ces supports. Pensez à utiliser le comparateur de fonds Morningstar ou l’outil Quantalys.

Faire attention au type de contrat

Contrat individuel ou contrat collectif ? Beaucoup de futurs assurés font l’impasse sur cette question.

Il faut toutefois être prudent quant aux contrats individuels.

Un contrat individuel comme Placement-direct Vie de Placement-direct.fr est signé entre l’épargnant (vous) et l’assureur (SwissLife). L’assureur ne peut apporter de modifications au contrat (par ex : augmenter les frais de gestion sur le fonds euros) sans votre accord signé.

Un contrat collectif comme le contrat Afer est souscrit par un intermédiaire (le courtier Placement-direct.fr) auprès de l’assureur (Generali Vie). L’épargnant est donc un “adhérent”, et non le souscripteur. L’assureur est libre de modifier le contrat, sa seule contrainte étant de vous informer trois mois à l’avance …

signed contract agreement

Ce qui peut avoir un impact dans la durée :

  • Le contrat individuel est sécurisant, mais il y a un risque que l’assureur reste attentiste pour favoriser un nouveau produit par exemple après 5-6 ans. Autrement dit, le contrat risque d’être “figé”, pour le meilleur ou pour le pire
  • Le contrat collectif est moins sécurisé, mais il bénéficie de conditions plus avantageuses sur le long terme lorsque le courtier (Placement-direct.fr) ou l’association d’épargnants (Afer) “pèse” dans le rapport de force avec l’assureur …

Notez que le contrat Afer, qui est un contrat collectif, existe depuis … 40 ans ! Comparativement, Placement-direct Vie existe seulement depuis 2008.

Meilleure assurance vie : 5 raisons d’avoir plusieurs assurances vies

Il y a au moins 5 raisons de diversifier sur plusieurs assurances-vies :

  1. Désigner des bénéficiaires différents
  2. Cumuler plusieurs bons contrats
  3. Conserver les avantages de différentes générations de contrats
  4. Contourner la limite de garantie de 70 000 € 
  5. Optimiser la fiscalité sur les retraits

Il est recommandé de prendre date sur plusieurs contrats d’assurance-vie. Il y a bien sûr d’autres raisons, mais ces cinq sont les principales. Examinons la logique qui sous-tend chacune d’entre elles, chiffres à l’appui.

Désigner des bénéficiaires différents

L’assurance-vie est autant affaire d’épargne que de transmission. La “clause bénéficiaire” du contrat vous permet de nommer le bénéficiaire du capital dans l’éventualité d’un décès.

Or la clause-type ne permet de pas répartir le capital. Le bénéficiaire de premier rang recevra donc la totalité des fonds … Dans l’ordre, cette clause-type désigne en effet comme bénéficiaires : “[le] conjoint, à défaut [les] enfants nés ou à naître, vivants ou représentés, à parts égales entre eux, à défaut [les] héritiers”.

Pour désigner des bénéficiaires différents, il faut par conséquent avoir autant de contrats.

On rappellera que le capital-décès est exonéré de droits de succession jusqu’à 152 500 €, et même jusqu’à 182 500 € pour les versements effectués après 70 ans.

Cumuler plusieurs bons contrats

Le champion d’aujourd’hui ne sera pas forcément celui de demain. Et on le répète : les performances historiques ne sont pas annonciatrices des performances futures.

Il faut donc garder à l’esprit que chaque contrat possède son point fort. Et ce point fort peut se révéler utile dans des conditions de marché particulières.

En période de repli économique, un contrat investi à 100% en fonds en euros se révèle un excellent placement défensif (par ex : Placement-direct Vie avec son fonds Actif Général de SwissLife). Même logique pour un contrat investi à 100% en immobilier résidentiel, souvent décorrélé des marchés boursiers (toujours Placement-direct Vie avec un investissement en SCPI).

En période d’essor, une gestion pilotée 100% trackers se révèle généralement redoutable. Par exemple, Nalo Vie a rapporté +17% en 2019 sur son profil “équilibré” (50% d’unités de compte) et +23% sur son profil offensif (100% d’unités de compte) .

best life insurance

Conserver les avantages de différentes générations de contrats

Des contrats souscrits avant novembre 1991 puis avant juillet 2014 conservent des avantages fiscaux (et successoraux) aujourd’hui disparus.

Comme vous le savez, la Flat Tax à 30 % est entrée en vigueur début 2018. Il est sage de ne pas mélanger les fiscalités entre anciens et nouveaux contrats.

Il est donc prudent de conserver ces contrats tels quels.

Parallèlement, vous pouvez effectuer vos versements sur un nouveau contrat.

Les contrats évoluent régulièrement par l’effet de la concurrence et des régimes fiscaux, ce qui vous offre de nouveaux produits avec des avantages spécifiques.

Contourner la limite de garantie de 70 000 € par assureur

Quelques assureurs européens ont eu des sueurs froides en 2011, faisant craindre le pire aux épargnants.

En France, une garantie des dépôts est en place à travers le FGAP (Fonds de Garantie des Assurances de Personnes). Seulement, ce fonds ne garantit que 70 000 € par épargnant et par assureur.

Deux contrats, chez deux assureurs différents, permettent donc d’étendre cette couverture à 140 000 €.

Du moins théoriquement car, heureusement, le FGAP n’a jamais eu à intervenir depuis sa création en 1999.

Optimiser la fiscalité sur les retraits

En retirant un peu d’argent de votre assurance-vie (on dit “rachat d’une assurance-vie”), la somme retirée comporte une grande part de capital et une petite portion de vos plus-values passées.

La fiscalité ne porte que sur ces plus-values. Détenir deux assurances-vie et plus vous aide à faire de l’optimisation fiscale. La technique consiste à retirer d’abord sur le contrat où les plus-values sont les plus faibles.

Vous décalez ainsi la taxation des gains sur vos contrats performants, sachant que la fiscalité de l’assurance-vie est fortement réduite à partir de la 8ème année du contrat.

Meilleur contrat d’assurance vie : les erreurs à éviter 

En matière d’assurance-vie, il y a certaines erreurs à éviter pour éviter de perdre gros :

  1. Une clause bénéficiaire bancale
  2. Signer sans regarder tous les frais
  3. Vendre quand les marchés sont baissiers
  4. Ne pas préciser le remploi des biens propres
  5. Oublier de préciser l’option fiscale à la sortie

Elle peut être simple en apparence, mais l’assurance-vie est complexe. Il y a des particularités financières, juridiques et fiscales auxquelles il faut faire attention. Pour ne rien arranger, la communication des assureurs n’est pas toujours au bénéfice des épargnants.

Explications et solutions.

Une clause bénéficiaire bancale

Pour qu’une clause bénéficiaire soit exécutée par votre assureur, il faut qu’elle soit en béton. Autrement dit : correctement rédigée et inattaquable.

Parmi les faux-pas les plus fréquents en matière de clause bénéficiaire :

  • Désigner un seul bénéficiaire : avec le risque que celui-ci disparaisse avant l’assuré. A ce moment, il n’y a plus personne de désigné au contrat, et celui-ci revient dans la succession
  • Ne pas rédiger de clause spécifique alors que vous êtes pacsé :si la clause-type est parfaite pour un couple marié,elle ne l’est pas pour des personnes pacsées, car le partenaire pacsé n’a pas la qualité de conjoint
  • Désigner un bénéficiaire par son nom : « Mon conjoint, Mme A. » En cas de divorce, l’assureur ne versera rien car vous avez désigné le bénéficiaire nominativement

Notre avis : Prévoyez toujours plusieurs rangs de bénéficiaires. Ajoutez « à défaut » après chacun des rangs, par exemple : « Mon conjoint, à défaut mes héritiers, à défaut … »).

Signer sans regarder tous les frais

Au moment de sélectionner leur contrat, les épargnants font attention aux frais d’entrée, ce qui est prudent.

Pourtant, ils oublient parfois les frais de gestion. Or ces derniers sont plus lourds à long terme, car ils sont prélevés annuellement sur un capital en augmentation.

Attention aussi aux frais d’arbitrage, sur lesquels les assureurs ont la main lourde en vous facturant jusqu’à 1 % par arbitrage.

Notre avis : Pas plus de 0,8 % sur les frais de gestion, et de préférence 0 % sur les arbitrages. Au-delà, passez votre chemin.

Vendre ses UC quand les marchés sont baissiers

Un classique des épargnants amateurs de finance de marché. Ils paniquent quand un fonds perd 10 % ou plus de sa valeur, et vendent en urgence. Résultat : ils enregistrent une grosse moins-value, alors que le marché est reparti à la hausse entretemps. Frustration garantie !

Notre avis : N’abusez pas des arbitrages automatiques « limitation des moins-values. Faites le dos rond, et investissez régulièrement aux plus bas des marchés. Cette méthode a fait ses preuves !

Ne pas préciser le remploi des biens propres

Une autre erreur classique. Un épargnant marié sous le régime de la communauté des biens reçoit un héritage, puis place ces capitaux dans son assurance-vie. Résultat : le contrat tombe lui aussi parmi les biens communs …

Notre avis : Faites une “déclaration de remploi” au moment de placer les capitaux reçus en héritage. Ceux-ci resteront des biens propres. Investissez-les dans un contrat spécifique, différent du contrat du ménage, et nommez le conjoint comme bénéficiaire.

Oublier de préciser l’option fiscale à la sortie

Lorsqu’ils retirent des fonds de leur contrat, de nombreux épargnants ne précisent pas le mode d’imposition. L’assureur retient une taxation “par défaut”.

Les gains retirés s’ajoutent aux autres revenus et sont taxés le plus souvent au TMI. Or, le prélèvement forfaitaire libératoire est plus intéressant pour un contrat détenu depuis plus de 8 ans, en raison des abattements.

Notre avis : N’hésitez pas à prendre conseil auprès de votre courtier avant de faire tout rachat, il est là pour ça !

tax on withdrawals

Conclusion

Si vous possédez déjà une assurance-vie, ce guide détaillé est donc l’occasion de vérifier quelques aspects sur celle-ci. Votre contrat actuel vous semble-t-il toujours aussi adapté pour vous ?

Si vous envisagez de prendre en main l’ouverture d’un nouveau contrat, c’est encore mieux : nous avons fait le tri pour vous !

Pour trouver les meilleurs contrats, il est essentiel de procéder à une étude fine.

Muni de notre guide, comparez les taux de rendement, les frais de gestion / versement / arbitrage. N’hésitez pas à nous poser des questions !

Partager

Cet article vous a été utile ?

vos questions

Les questions fréquentes de nos utilisateurs

La meilleure assurance-vie sans frais est DARJEELING : sans frais d’adhésion, sans frais sur les versements, mais avec 0,60% de frais de gestion, puisque l’assureur du contrat (SwissLife) doit bien se rémunérer !

Choisir le meilleur contrat d’assurance-vie en fonction de ses objectifs repose sur 2 à 3 critères directement liés à ce que l’on veut. Si l’objectif est la sécurité de l’épargne, alors il faut se limiter aux contrats autorisant un investissement à 100% sur le fonds en euros, et offrant à la fois un fonds en euros performant. Si l’objectif est la performance, alors on peut commencer par trier les contrats par performances de la gestion pilotée sur les 3 dernières années.

Pas plus de 1 % sur les frais de versements, moins de 0,70 % pour les frais de gestion et 0 % sur les arbitrages. C’est sous ces niveaux que l’on peut parler d’une “bonne” assurance-vie. En particulier, les frais de versements à 0% visent à garantir que chaque euro versé doit être investi, pour ne pas partir avec un handicap équivalent à 1 voire 2 ans de rendement !