Article écrit par Sébastien Mareuil
29 Mar 2022 @ 1:40
Partager

Un Hedge Fund est une entreprise d’investissement. Le fonctionnement d’un Hedge Fund est similaire à celui des fonds mutuels dans lequel un « Fund Manager » investi de larges sommes d’argent appartenant à des investisseurs.

Découvrez notre dossier complet sur le trading en ligne.

Contrairement aux fonds mutuels, les Hedge Funds sont beaucoup moins régulés en termes de restrictions. En effet, ils sont libres d’utiliser n’importe quel style d’investissement qu’ils désirent et peuvent prendre des positions lorsque le court des actions est à la baisse en utilisant le short-selling.

Les Hedge Funds, comparés aux fonds mutuels, peuvent également utiliser d’importants effets de levier afin d’optimiser leurs retours sur investissements. Les risques auxquels ils s’exposent sont donc plus importants.

Les Hedge Funds : Des fonds vraiment privés

De manière générale, investir dans un Hedge Fund n’est pas ouvert à tous les types d’investisseurs. Afin de trier et de mettre de côté les investisseurs « incompétents » ou pas assez importants, de nombreux Hedge Funds n’acceptent que des investisseurs « qualifiés ». Afin d’être considéré comme un investisseur « qualifié », il vous faudra être une institution ou un investisseur individuel avec une richesse nette d’au minimum 1 million de dollars ou ayant un salaire annuel d’au moins 200 000$. En d’autres termes, vous devez être « riche » pour investir dans un Hedge Fund.

Accepter seulement des investisseurs « qualifiés » est un des facteurs qui permet aux Hedge Funds d’éviter d’être autant régulé. D’autres facteurs y contribuent également comme par exemple le fait que les Hedge Funds n’offrent pas leur « Securities » à vendre au public ou encore que les Hedge Funds limitent généralement leur nombre d’investisseurs à 50-100 institutions/individus.

Autre point qui relève du privé, les Hedge Funds dont les fonds totalisent moins de 30 millions de dollars n’ont pas besoin d’être enregistrés auprès du CySEC. De plus, les Hedge Fund qui bloquent l’argent des investisseurs dans leur fond pendant une période de 2 ans minimum n’ont pas besoin d’être enregistré au CySEC également.

Leurs investisseurs s’engagent donc à ne pas pouvoir retirer l’argent qu’ils ont placé dans ces Hedge Funds avant 2 ans.

Les frais des Hedge Funds

Les Hedge Funds ont une structure de frais de gestion assez spécifique à eux même. Un Hedge Fund charge en général un investisseur à hauteur de 1% à 2% du montant total de son investissement (appelé aussi « general management fee ») ainsi que 20% à 40% de plus-values générées par les stratégies du fond d’investissement (appelé : « performance fee). Des frais « modestes » représentent un management fee de 1% des fonds investis dans le Hedge Fund plus 20% de « performance fee ».

billet hedge fund

Il est dans l’intérêt d’un Hedge Fund manager de générer le plus de profits possibles afin de gagner une plus grande commission.

Afin de protéger le fond d’investissement des manipulations des managers, certains Hedge Funds ont mis en place une structure permettant de gérer les commissions basées des performances liées au long terme.

Cette structure appelée « high-water mark » consiste à attribuer un bonus aux managers seulement si la performance du fond d’investissement est supérieure à celle précédente.

Les différents styles d’Hedge Funds

Il existe des milliers d’Hedge Funds à travers le monde et leur nombre est en pleine expansion. Les plus grosses Hedge Funds requièrent un investissement minimum de près d’1 million de dollars, voire plus, tandis que de plus petites structures acceptent un investissement minimum d’un peu moins de 50 000$. Bien que certains Hedge Funds se spécialisent dans un secteur en particulier tel que les technologies ou les matières premières, ils peuvent tout aussi bien se spécialiser sur une seule région, un pays ou un continent tels que l’Asie ou l’Europe de l’Est etc…

D’autres parts, un Hedge Fund peut également suivre des styles d’investissement différents :

Market neutral : L’objectif de cette stratégie est de limiter les risques en investissant sur une paire d’instruments financiers. Ces Hedge Funds sont aussi appelés « Long-Short  Funds ». Le manager «  Buys » une action qu’il pense sous-évaluée et « Sell » en même temps une autre action qu’il pense surévaluée. De ce fait certains risques liés aux marchés sont hedgés.

Arbitrage : Le travail des managers de ces fonds est d’identifier des prix d’instruments financiers qui ne sont pas correctement établis par le marché afin d’en tirer profit. Un Hedge Fund manager peut tout aussi bien acheter des obligations convertibles d’une entreprise et vendre en même temps les actions de cette même entreprise s’il en juge leur prix trop élevés par rapport ce qu’ils devraient être.

Distressed Securities : Les managers de ces fonds concentrent leurs investissements dans des instruments financiers qui sont offerts à des prix discount dû à des problèmes au niveau des entreprises ou au secteur dans laquelle elle se situe. Par exemple, un manager peut acheter des actions d’une entreprise qui est au bord de la banqueroute s’il pense que celle-ci sera à la hausse dans quelques temps.

Macro : Les Hedge Funds qui utilisent ce style d’investissement essayent de profiter des changements présents dans l’économie globale tels que les changements de lois politiques qui touchent les taux d’intérêts, les devises, ou le prix des matières premières.

Short-Selling : Contrairement aux fond « Long-Short », le manager d’un Hedge Fund short selling ne fait que prendre des positions sur les marchés en short sellant. C’est-à-dire à faisant du profit sur des cours à la baisse.

Market timing : Ces Hedge Funds tentent d’identifier des tendances dans un secteur particulier ou en général dans les marchés internationaux.

Partager
Cet article vous a été utile ?