Article écrit par Chanelle
17 Oct 2022 @ 10:03am
Partager

La Proof-of-Stake ou preuve de participation est l’un des consensus blockchain les plus populaires. Cela fait partie du lexique crypto à connaître. Elle est souvent présentée comme une alternative aux limites du Proof of Work, notamment en matière d’écologie. La majorité des projets cryptos utilisent la Proof of Stake.

Récemment, le protocole Ethereum est passé du Proof of Work au Proof of Stake, qui est un mécanisme qui consiste à immobiliser les fonds dans un contrat intelligent pour sécuriser la blockchain. Comment fonctionne le Proof of Stake ? Nous avons passé des heures à creuser le sujet. Nous répondons à toutes vos questions dans cet article.

SOMMAIRE

Quel est l’intérêt du Proof of Stake ?

Le Proof of Stake sert à sécuriser et valider les transactions sur une blockchain.  Dans un système de Preuve de travail, les mineurs font la course au matériel informatique le plus performant. Malheureusement, ce procédé est non seulement désastreux sur le plan environnemental, mais il centralise aussi la gouvernance entre les pools de minage.

Le Proof of Stake ou Preuve d’Enjeu propose un modèle différent. C’est un mécanisme qui oblige les utilisateurs souhaitant participer à la gouvernance à bloquer de l’argent sur un contrat intelligent. Ici, pas question d’acheter un ordinateur dernier cri ou encore de prévoir une facture d’électricité conséquente.

proof of stake

La première utilisation du Proof of Stake date de 1998. A l’époque, un certain Wei Dai lançait un projet crypto du nom de b-money. L’idée était d’exiger aux nœuds du réseau de mettre en gage une quantité de b-money pour accéder aux fonctionnalités du protocole. Ce montant servait de garantie pour limiter les tentatives de falsification sur le protocole.

Ce n’est qu’en août 2012 que Sunny King et Scott Nadal vont implémenter un premier algorithme Proof of Stake fonctionnel, avec une cryptomonnaie du nom de Peercoin. Elle utilisait un modèle de consensus hybride, combinant la Proof of Work (PoW) à la Proof of Stake (PoS).

Actuellement, il existe plusieurs variantes de la preuve d’enjeu. Leur mode de sélection dépend de plusieurs facteurs dont le nombre de tokens, la réputation du nœud, etc.

Comment fonctionne le Proof of Stake ?

Le dénominateur commun de toutes les blockchains est le mécanisme de consensus. Dans un système décentralisé, les parties prenantes doivent se mettre d’accord sur la façon de valider les transactions et sécuriser le système.

Contrairement au Proof of Work, dont la gouvernance dépend de la puissance de calcul, le Proof of Stake repose sur de l’ingénierie financière. Pour assurer la sécurité, les utilisateurs placent leurs actifs sous séquestre en échange d’une rémunération.

Le critère de sélection d’un validateur ne repose pas forcément sur la quantité de jetons en gage. Chaque système de preuve d’enjeu obéit à ses propres règles. Les modèles les plus utilisés sont le Proof of Stake (PoS) et le Delegated Proof of Stake (DPoS).

Le Proof of Stake (PoS)

Le Proof of Stake fait référence au consensus exigeant aux utilisateurs de se procurer et bloquer des crypto actifs sur un contrat intelligent afin de faire partie des nœuds du réseau. Ces derniers participent à la validation des blocs.

Pour le protocole Ethereum par exemple, il faut bloquer au minimum 32 ethers. Le validateur est sélectionné de manière aléatoire pour acquérir le droit de créer le prochain bloc. S’il ne s’acquitte pas de cette tâche dans un intervalle de temps donné, un deuxième validateur est sélectionné pour le remplacer et ainsi de suite.

Dans la plupart des blockchains à Proof of Stake (ou preuve d’enjeu), la probabilité pour un nœud de valider un bloc est proportionnelle au nombre de jetons bloqués. A titre d’exemple, un validateur avec 320 jetons ETH a dix fois plus de chance d’être choisi que celui qui n’en a bloqué que 32.

En outre, le validateur s’occupe de regrouper les transactions dans un bloc. Pour l’ajouter à la blockchain, il inclut l’identifiant du bloc précédent. Ainsi, la chaîne la plus longue est considérée comme chaîne canonique.

Ainsi, à chaque bloc validé, le validateur reçoit de nouveaux jetons créés ainsi que les frais de transaction. C’est une façon d’inciter les utilisateurs à sécuriser le réseau. Les nœuds non sélectionnés vérifient que le validateur n’a pas falsifié les transactions. Ce procédé s’appelle le Slashing.

En cas de fraude, le validateur perd sa participation à la gouvernance ainsi que les jetons bloqués. Ce système décourage les activités frauduleuses. Avec la valeur totale des jetons en gage qui est supérieure à celle de la récompense, un validateur perd beaucoup plus en agissant de façon malhonnête. Plusieurs cryptos dont Cardano, Vechain ou encore Waves utilisent cette méthode de validation.

Ouvrir un compte sur etoro 78% des comptes des investisseurs de détail perdent de l’argent lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous demander si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

Le Delegated Proof of Stake (DPoS)

Pour le Delegated Proof of Stake (DPoS), les détenteurs des jetons votent des validateurs ou délégués. Ces derniers s’occupent  de la validation des transactions à leur place. Pour rendre le système plus rapide, seul un petit groupe est chargé de valider les transactions.

Le nombre de délégués pour chaque nouveau bloc est limité. Pour les élire, les utilisateurs regroupent leurs jetons dans un pool de jalonnement et associent ce dernier au délégué de leur choix.

Ainsi, les délégués élus reçoivent les frais de transactions du bloc validé en guise de récompense. Ensuite, le butin est partagé de manière proportionnelle avec tous les utilisateurs ayant participé au vote. Plus les fonds mis en jeu sont élevés, plus la récompense l’est.

Si un validateur devient malhonnête, les détenteurs de jetons lui retirent leurs votes et en choisissent un autre. L’avantage avec ce modèle est le fait qu’il pousse les validateurs à respecter leurs engagements. Parmi les cryptomonnaies utilisant ce le DPoS figurent Tezos, Eos, Tron, etc.

Ouvrir un compte sur etoro 78% des comptes des investisseurs de détail perdent de l’argent lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous demander si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

Qu’est ce que le staking ?

Comme expliqué plus haut, le proof of stake s’appuie sur la mise en gage des cryptomonnaies sur un contrat intelligent. Cette action s’appelle le Staking. Son but premier est d’assurer la scalabilité des blockchains mais aussi de réduire la consommation d’énergie de la blockchain.

Le Proof of stake fait intervenir plusieurs acteurs et divers nœuds dont les choix techniques varient d’une blockchain à une autre. Le consensus de Dash par exemple utilise un modèle hybride, associant le proof of work et le Proof of Stake. Sur Dash les mineurs cohabitent avec les masternodes, des nœuds complets et programmables.

staking

Pour devenir un masternode, validateur ou délégué il faut non seulement avoir des fonds en crypto monnaies, mais aussi et surtout, posséder les compétences techniques nécessaires. Cela crée une barrière pour la plupart des utilisateurs. C’est pour cette raison que les plateformes centralisées créent des groupes de staking (pools de staking).

Ainsi, les utilisateurs qui bloquent leurs cryptos se partagent les frais de transactions pour chaque bloc validé. La plupart des blockchains proposent un rendement qui varie entre 10 et 15 %. En revanche, la rémunération pour le pool de staking varie d’une plateforme à une autre et de la durée pendant laquelle les cryptos sont bloquées. Sur KuCoinEarn par exemple, elle varie entre 3 et 20 % pour une période comprise entre 21, 30 et 90 jours.

En bref, le staking est un processus qui permet à la fois de sécuriser la blockchain et de générer un rendement passif sur les cryptomonnaies. La récompense versée aux validateurs et aux délégués est le prix à payer pour veiller à la fiabilité et la sécurité du réseau.

Proof of Stake et Sécurité

Sur une blockchain, les transactions sont enregistrées et sécurisées par la cryptographie. Avant qu’elles soient inscrites dans un bloc, un algorithme sélectionne aléatoirement le validateur ou nœud du réseau. Celui contenant la plus grande quantité de fonds séquestrés a plus de chance d’être nommé pour valider vérifier les transactions.

Le nœud sélectionné validateur regroupe toutes les nouvelles transactions et construit un nouveau bloc. Il y inclut l’identifiant du bloc précédent afin de construire une chaîne de blocs. Après validation, n’importe quel nœud du réseau peut vérifier, sans refaire tout le travail, si les transactions sont fiables et respectent les normes.

La sécurité du proof of stake est en premier lieu garantit par les fonds bloqués par les investisseurs. Cependant, un nœud qui viole les règles du jeu perd non seulement sa mise, mais aussi, il est expulsé du groupe de validateurs. Cette punition sert de garantie en cas de mauvaises conduites de la part d’un nœud.

Cependant, le Proof of Stake n’est pas totalement immunisé des attaques. Comme le PoW, il est vulnérable aux attaques 51%. Si un des noeuds arrive à amasser plus de la moitié du capital impliqué dans le staking, il peut en théorie effectuer la double dépense.

Proof of Stake : Avantages & Inconvénients

Bien que le Proof of Stake apporte plus de scalabilité aux blockchains, il n’est pas sans limites. Comme tout algorithme de consensus, il présente des avantages et des inconvénients.

Avantages
  • Sa consommation d’énergie est presque nulle
  • Les blockchains sous PoS sont plus rapides
  • Contrairement au PoW, se lancer dans le PoS ne nécessite aucune préparation logistique conséquente
Inconvénients
  • Les plus nantis ont plus de pouvoir sur le système
  • Le Proof of Stake est moins sécurisé que le Proof of Work

Où acheter des cryptomonnaies utilisant ce consensus ?

Pour se procurer les cryptomonnaies utilisant le Proof of Stake, il faut passer par un broker fiable, proposant un minimum de frais possible mais aussi en conformité avec la réglementation. Voici, dans le tableau ci-dessous, les plateformes recommandées par nos experts. XTB, eToro et Binance

xtb logo Logo eToro binance logo
Note de la rédaction 5/5 4,5/5 4,5/5
Dépôt Minimum Pas de dépôt minimum 50$ Pas de dépôt minimum
Cryptomonnaies +50 78 +600
Frais Gratuit 1% 0,10% - 1,8%
Régulations CySEC, KNF, FCA, IFSC CySEC, FCA, ASIC AMF, CySEC

82% des comptes CFD perdent de l'argent

78% des comptes CFD perdent de l'argent



Partager

Cet article vous a été utile ?