Article écrit par Sébastien Mareuil
12 Avr 2022 @ 1:11
Partager

Voilà une question à laquelle il est très difficile de répondre; Peut on être accro au trading ? Mais quelle est vraiment la limite entre la passion et l’addiction ? Et c’est encore plus difficile à cerner quand on est soi-même concerné.

Pour tout le monde, l’addiction est mal et la passion c’est bien.
Du coup, on dit tous que nous sommes passionnés mais certainement pas addict. Et même lorsque nous sommes réellement addict, est-on réellement capable de s’en rendre compte seul ?

Je l’avoue, j’ai été addict et ma femme m’a aidé à m’en sortir en me faisant comprendre pourquoi j’étais addict, en me montrant les signes et en me disant comment je pouvais évoluer sans tout arrêter. De toute façon, c’était elle ou mon addiction.

Il a fallu que je fasse le choix entre ma vie de couple et ma vie de trading. Je suis maintenant passionné et plus addict, cela m’a pris du temps et c’est un combat de tous les jours pour ne pas retomber dans l’addiction, redevenir dépendant de cette activité quotidienne.

De toute façon, l’addiction rend malheureux. Certes, on a parfois des sentiments d’extrême joie quand on gagne. Cela compense quelque peu les longs moments de détresse et de solitude quand on voit nos actions chuter. Mais cela ne compense pas l’éloignement de notre famille.

On ne s’en rend pas compte au début mais lorsque l’on sort avec nos amis, lorsqu’on est avec nos femmes (ou maris mais c’est beaucoup plus rare l’addiction féminine au trading bien que cela arrive aussi) et nos enfants, on pense aux actions. A-t-on fait le bon choix ? Je devrais plutôt revendre ou en acheter encore plus ?

Puis, plus ça va et plus les conversations avec les autres nous ennuient. Cela ne nous intéresse pas d’entendre ce qui s’est passé à l’école pour les enfants, ce que l’on doit faire à manger pour ce soir, etc. La seule chose qui nous intéresse est de vite nous débarrasser de toutes ces tâches sociales et de vite manger pour aller « travailler ».

La nuit aussi nous paraît trop longue. On est crevés mais il est très difficile d’éteindre son écran parce qu’on sait que de toute façon, une fois couchés, on n’arrivera pas facilement à s’endormir. Autant attendre d’être vraiment au bord de l’évanouissement pour se rendre au lit.

En fait, pour l’entourage, ce n’est pas simple parce qu’il voit une évolution dans notre comportement assez lente mais durable. Ma femme râlait pour que je passe plus de temps avec elle puis elle négociait. Cela m’énervait. Je ne me sentais pas compris et je la trouvais trop dépendante de moi. Il m’en a fallu du temps pour comprendre que c’était moi le problème et surtout qu’il y avait un problème.

L’addiction aboutit à l’isolement social et obligatoirement à une déprime (parfois la dépression). On ne se sent pas épanoui de passer tout son temps libre à trader puisqu’il faut faire face à beaucoup de pertes qui nous anéantissent moralement et si on doit travailler à côté, cela ne nous remplit pas de joie et on ne pense qu’à retourner trader.

Alors quelles sont les situations qui devraient vous indiquer que vous souffrez bien d’une réelle addiction au jeu ?

  • Vous avez eu des problèmes avec votre famille et vos amis et vous préférez vous isoler : vous ne pensez pas faire partie de ce monde somme toute assez inintéressant
  • Le soir, vous avez du mal à vous arrêter de trader parce que de toute façon, vous savez que vous y penserez dans votre lit et que vous aurez du mal à vous endormir
  • Même si vous avez perdu de l’argent au trading, vous pensez que ce n’est qu’une mauvaise passe. Vous allez vous refaire et repartirez de bon pied sans faire les mêmes erreurs
  • Vous pensez de temps en temps que cela occupe trop votre vie et que pour votre bien, il faudrait diminuer le temps passé à trader
  • Vous faites des erreurs de trading de débutant : vous prenez de gros risques sur votre capital, vous essayez d’effacer vos pertes en augmentant la taille de vos positions
  • Si vous ne tradez pas, vous vous ennuyez
  • Lorsque vous perdez, le sentiment est beaucoup plus intense et long que lorsque vous gagnez. Et lorsque vous perdez, vous ruminez beaucoup plus que quand vous gagnez. D’ailleurs, quand vous gagnez, vous rejouez immédiatement.

Si vous vous reconnaissez dans ces points, vous êtes comme moi addict au trading. Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas grave en soi. On a tendance à dramatiser l’addiction mais nous ne sommes pas des meurtriers. C’est pour moi un moment d’égarement où on a trouvé plus d’intérêt dans  le trading que dans la vie que j’appellerai « réelle ».

Comment faire pour arrêter l’addiction ?

Là, c’est un peu plus complexe. Mon grand-père qui avait une addiction pour l’alcool a dû trouver un substitut et est devenu accro aux boissons gazeuses… Mais dans notre cas, le coca ne va pas résoudre notre problème.

  1. Il faut absolument que vous soyez conscient de votre addiction. Comme je l’ai dit, notre premier souci est de penser que ce sont les autres qui analysent mal la situation. Nous ne croyons pas en notre addiction. Pour ce faire, je vous conseille de tenir un journal de vos trades avec le temps passé chaque jour sur le trade.  Faites part de l’heure de début, l’heure de fin, vos sentiments et aussi vos erreurs et pourquoi il vous semble avoir fait une erreur. Cela vous permettra d’évoluer dans le trade. Vous vous dites que je suis fou ? je vous donne encore une autre raison de passer plus de temps sur le trade ? C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour m’intéresser à ce journal. Si cela ne vous apporte rien, vous ne le ferez pas. A la fin de la semaine, regardez le nombre d’heures que vous y avez passé. C’est assez parlant. On n’est pas loin d’un boulot à part entière mais malheureusement, la plupart du temps, on ne gagne même pas l’équivalent d’un salaire. Dites-vous que ce n’est pas normal de passer autant de temps sur cette activité !
  2. Trouvez un moyen de vous détacher peu à peu de cette activité en trouvant une autre activité sociale. Je pense que c’est la plus dure des étapes. On trouve très peu d’intérêt dans les autres activités, il n’y a pas l’adrénaline du trading et on s’ennuie très vite. Il faut tenir le coup et insister. Pour moi, la révélation, ça a été de faire de la sophrologie avec ma femme. Cela m’a détendu, cela m’a permis de penser à autre chose et ça m’a fait beaucoup de bien. Je me suis un peu retrouvé parce que je m’étais vraiment perdu.
  3. Coupez vous du monde du trading quelques jours. Partez à la campagne vous ressourcez avec votre famille ou avec vos amis. Montrez leur que vous n’êtes pas le gars solitaire et quelque peu agressif qu’ils pensaient que vous étiez. Faites la cuisine, jouez au tarot ou à un jeu de société. Obligez-vous à vous amuser. Votre esprit est très puissant et on est capable de nous « auto-hypnotiser ». Quand je suis énervé, je ferme les yeux, je prends une grande respiration et je me calme en me disant que ce n’est rien et que ça va passer. Pareil pour l’ennui. Quand une situation m’ennuie et que je veux retourner au trading, je ferme les yeux,je respire profondément et j’essaye de trouver les points sympas dans la situation actuelle.
  4. Il n’est pas nécessaire d’arrêter complètement le trading. Vous pouvez continuer mais il faut vous imposer des limites à ne pas dépasser. Ces limites, vous les connaissez au fond de vous-même, soit ce sont des limites de temps, soit ce sont des limites de pertes. A vous de voir.

Sachez en tout cas qu’il y a une vie après l’addiction et que cette vie vaut d’être vécue. Ne vous isolez pas jusqu’au plus profond de votre retranchement en vous disant que les autres ne comprennent rien et exagèrent. Faites votre auto-critique et faites confiance à votre entourage. Pour vous en sortir, il faudra trouver une solution avec eux. Vous n’y arriverez pas seul.

Partager
Cet article vous a été utile ?