Robo advisor : Guide ultime sur les robots conseillers en 2021

Comment améliorer les performances de son épargne ? Cette question est au cœur de toutes les attentes des traders du monde entier. Depuis quelques années, nous avons constaté l’émergence d’une nouvelle technologie, appelée Robo Advisor. Cette nouvelle génération de robot de trading touche tous les secteurs de la Finance. Dans notre guide ultime sur les robo advisors, nous allons présenter les différentes facettes de cet outil de gestion révolutionnaire. Présentation complète du robot conseiller et ses applications Fintech au service des particuliers et des professionnels.



Définition de robo advisor

Il est assez difficile de synthétiser ce concept dans une unique définition de robo advisor. 

Nous pourrions nous limiter cette définition à son fonctionnement. Un robot conseiller est une plateforme qui délivre des services d’investissement en ligne, en se basant sur un algorithme mathématique complexe, qui prend en considération un nombre monumental d’informations : marché financier, économie locale et mondiale, profil d’investisseur, etc.

Pourtant cela n’est qu’une définition tronquée du concept Fintech de robo advisor. Si nous souhaitons donner un avis plus pertinent sur cet outil numérique, il est plus judicieux de parler d’un conseiller digital en Finance. Pourquoi ? Le robo advisor en France, notamment, est le résultat d’une synergie et d’une alliance entre les capacités technologiques d’un logiciel FinTech programmé, et l’expertise de professionnels humains qui orientent et affinent le niveau de services en conseils financiers.

robo advisor

C’est pourquoi nous constatons une présence de plus en plus importante de robo advisors dans des domaines très variés : aide à la souscription et au pilotage de contrat d’assurance vie, accompagnement automatisé dans la tenue d’un portefeuille d’actifs ou encore conseil en ligne d’une banque avec un robo advisor. Les applications sont quasiment infinies, et pourraient largement dépasser le cadre de la Finance.

Pour se faire une idée plus précise de l’utilité d’un robo advisor, nous avons identifié 4 grandes fonctionnalités :

  1. Profilage clientèle avancé et ciblé ;
  2. Allocation et volume d’investissement préconisé en fonction du profilage initial ;
  3. Pilotage des arbitrages du portefeuille, selon l’évolution des marchés, en mode 100% déléguée ou semi-pilotée (selon le choix fait à la souscription du contrat) ;
  4. Synthèse et rapport de l’activité financière du portefeuille pour une gestion personnalisée des fonds investis.

Quel est le meilleur robo advisor ?

Nous allons donner notre avis dans cette section sur plusieurs robot conseillers : eToro, Nalo et Mon petit placement. Cette liste n’est évidemment pas exhaustive. Nous aurions pu parler de Yomoni, Wesave, Advize ou Birdee, qui sont des alternatives très populaires en ligne. Elle a pour objectif d’illustrer les nombreux champs d’application du robo advisor en Europe et dans le monde. Ainsi que d’aider à faire son choix du meilleur robo advisor en fonction de nos besoins spécifiques.

eToro : un robo advisor ? 

Peut-on dire que le broker eToro propose un service de robot conseiller en trading ? La réponse est évidemment négative. En aucun cas, nous ne pouvons considérer que le courtier CFD est un robo advisor au sens strict du terme. Il n’y a pas de gestion automatisée de portefeuille pilotée par un logiciel.

Cependant, la plateforme de trading social intégrée au broker eToro propose des fonctionnalités qui peuvent s’apparenter à ce que fait un robo advisor. En effet, Le réseau social est un lieu d’échange et de partage entre les traders présents sur la plateforme. Les débutants peuvent ainsi obtenir des conseils d’experts pour une prise de décision adaptée à la situation des marchés. De la même manière, le copy trading est un autre moyen de profiter de l’expertise humaine automatiquement par l’action d’un logiciel de gestion. 

Il est vrai qu’à chaque étape du processus, sur la plateforme de trading social eToro, l’action du client est requise. Ce qui l’exclut d’emblée de la famille des robo advisors. Pourtant les précieux outils fournis facilitent grandement la prise de décision et automatisent (surtout dans le cas du copy trading) la gestion d’un portefeuille d’actifs.

67% des comptes des investisseurs de détail perdent de l’argent lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous demander si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

5/5
5/5
ETORO

Avantages

Inconvénients

Dépôt min.

200€

Levier

30:1


Nalo : avis sur ce robo advisor

Nalo est la plateforme numéro 1 en France pour la souscription et le pilotage en ligne d’un contrat d’assurance vie avec l’action d’un robo advisor. 

Son plus gros avantage est sa gestion pilotée avec une approche ultra personnalisée de chaque profil. Aucun contrat n’est identique car chaque client est différent. La définition de l’allocation est très précise avec des services multiprojet très fins. 

Tout est 100% digital. De la simulation à la gestion en passant par la souscription. Le tout avec des tarifs vraiment très compétitifs.

Autre avantage notable : la gestion pilotée allie confort, performance et sécurité des fonds. En effet, Nalo favorise une gestion sous mandat 100% personnalisée avec une exposition aux risques en adéquation avec le choix du souscripteur, tout en cherchant les ordres les plus rentables. Le robo advisor est très fiable. Il obtient un rendement annuel moyen (tout profil confondu) de près de 16%. 

Nalo a fait le choix de se spécialiser dans l’assurance vie avec un robo advisor d’ETF, ce qui lui permet de garder énormément de souplesse. Les ETF sont des indices regroupant des valeurs boursières. Les multiples profils d’investissement rendent l’expérience très vivante et personnelle : standard, sans immobilier, investissement social et responsable. Le service client est très professionnel avec un accompagnement Premium, dès le premier niveau de contrat. 

Par ailleurs, on met souvent en compétition Nalo et Yomoni, qui proposent sensiblement des produits financiers identiques. Nous avons une préférence marquée pour Nalo qui dispose d’une offre en assurance vie compétitive, performante et personnalisée. Les rendements observés sont un ton au-dessus de ceux de Yomoni. Par contre, impossible de diversifier ses placements avec Nalo. Yomoni offre l’avantage d’enveloppes fiscales variées (Compte Titre Ordinaire / PEA) et d’une application mobile. Nous manquons un peu de recul sur les résultats de Nalo, dont le robo advisor n’a débarqué qu’en 2017.


Mon petit placement: avis sur ce robot conseiller

La plateforme en ligne Mon petit placement propose une solution d’investissement tout-en-un via un robot conseiller français qui cible le marché des actifs financiers considérés comme haut-de-gamme. 

Son avantage principal repose sur son offre d’investissement en Bourse en 4 types de portefeuilles optimalement répartis avec un ratio rendement / risque prédéfini selon les objectifs visés :

  • Volontaire : majoritairement composé d’OPCVM peu dynamiques et peu risqués, avec un rendement moyen annuel de 3% ;
  • Énergique : exposition moyenne avec des actifs plus volatils pour une croissance moyenne de 5% annuels ;
  • Ambitieux : destiné aux investisseurs plus audacieux à la recherche de performances accrues. Rendement de 8% par an ;
  • Intrépide : le dernier niveau de risque le plus élevé, composé de 4 OPCVM ultra dynamiques. Prévision à 12% par an.

La plateforme est multisupport. La prise en charge est personnalisée et très humaine. Mon Petit Placement fonctionne sur le principe d’une gestion conseillée (ou semi-pilotée). C’est-à-dire que le robot conseiller va émettre des propositions d’optimisation de portefeuille, mais le client a toujours le dernier mot dans la prise de décision.

Autre point très positif : un système win-win. La rémunération de l’assistance digitale provient exclusivement des revenus générés par les portefeuilles. Trimestriellement un point est fait sur le niveau du portefeuille. Si le client a gagné de l’argent par rapport au dernier niveau le plus haut, il paye une commission. Si ce n’est pas le cas, son investissement ne lui coûte rien. Les commissions sont dégressives en fonction du volume investi. De 31% pour 500 euros engagés à 5% par échéance trimestrielle pour 100k€.

Mon petit placement est une alternative intéressante aux assurances-vie actuelles et traditionnelles. Des droits d’entrée réduits, des frais dégressifs selon le niveau d’investissement, et seulement si le client augmente son capital, et un conseiller virtuel qui accompagne sans ôter la décision font de cet investissement digital une porte d’entrée accessible par tous, sur des actifs très rentables et luxueux.


Dans quelles Actions et Crypto-monnaies notre équipe investit-elle ?
abonnement newsletter droitdunet
Ceci n'est en aucun cas un conseil d'investissement. A tout moment, vous restez libre de vos décisions.

Comment choisir un robot advisor ? 

Sur quels critères doit-on s’arrêter pour se donner l’assurance de choisir un conseiller fiscal digital adapté ? Notre avis sur plusieurs éléments à ne pas négliger.

Lire la présentation détaillée

Le choix est vaste du côté du type de gestion, qui peut varier en fonction du type de contrat souscrit : gestion sous mandat, libre, pilotée, conseillée. Il y a de quoi s’y perdre. 

Le principal est de déterminer de quel type d’accompagnement on a besoin et de choisir le système de placement qui convient :

  • Une gestion sous mandat offre un grand confort puisque l’ensemble du processus d’investissement est délégué au crédit de l’intelligence artificielle et à des conseillers physiques qui traitent les arbitrages du portefeuille. Contre un pourcentage supplémentaire de frais de gestion ;
  • La gestion libre est plus destinée pour les investisseurs expérimentés qui sont en mesure de faire leurs propres choix ;
  • La gestion pilotée ou conseillée représente la solution intermédiaire. Le robot conseiller (et l’équipe Fintech en back office) conseille des horizons par rapport aux marchés et aux objectifs visés. Le client décide de suivre ou pas les recommandations.

L’idéal est évidemment d’avoir les 3 types de gestion pour avoir une grande liberté d’actions. Certaines formules ne proposent qu’un type de pilotage. Il est essentiel de savoir reconnaître ses compétences, leurs limites et le poids des frais de fonctionnement.

Frais et commissions du robo advisor

Comme indiqué juste avant la charge des frais et commissions du conseiller dématérialisé occupe une place prépondérante. Plus les frais liés au service sont importants, moins les revenus du portefeuille le sont. Il est donc indispensable de comparer la grille de tarifs et leur transparence entre les différents acteurs du secteur. 

Il est bon d’évaluer la fiabilité et la réalité des rendements annoncés par les sites officiels. Il peut être pertinent de payer un peu plus de frais et commissions (sur la gestion annuelle ou les arbitrages) si les rendements des portefeuilles sont plus significatifs. Il est bon aussi d’analyser la réelle plus value que peut apporter le robo advisor vis-à-vis de l’exposition aux risques.

Enveloppe fiscales disponibles sur le robo advisor

Notre comparaison entre Nalo et Yomoni illustre très bien ce point. Quelles sont les ambitions visées ? Quels moyens veut-on mettre en face ? 

Il peut être regrettable de souscrire un contrat d’assurance vie avec ce système piloté pour finalement se rendre compte qu’il faut ouvrir un autre compte, sur un autre site FinTech, pour ouvrir un CTO ou un PEA. La détermination initiale joue un grand rôle à notre avis. Si un futur investisseur hésite, nous aurions tendance à lui conseiller que Qui peut le plus peut le moins. Plus de services de la part d’un robot conseiller peut être l’occasion de diversifier ses placements sur une plateforme fiable plus tard.

Les 3 enveloppes les plus recherchées par les investisseurs et proposées par les nouveaux sites FinTech sont :

  • L’assurance-vie comme Nalo, Mon petit placement ou encore Advize ;
  • Le compte titre ordinaire ou CTO que propose Yomoni en plus du premier. Birdee s’est concentré sur ce type de services en Bourse ;
  • Le PEA pour Plan Epargne Action intégré aussi à l’offre Yomoni. Il présente des avantages fiscaux sous condition de durée. Le choix d’actifs est limité.

Accompagnement & service client

Ce point est inhérent à toute offre commerciale. Elle revêt une importance supplémentaire dans le cadre de l’investissement de son épargne. Nous partageons l’avis de nombreux experts qui accordent une place de choix au service client et à l’accompagnement personnalisé. D’autant plus, dans le cadre des nouvelles tendances des investissements financiers où la technologie et les algorithmes ont une place centrale.

Les plateformes FinTech, disponibles en Europe, poussent l’expérience à un niveau supérieur avec une authentique philosophie de la personnalisation et de l’humanisation de la gestion de patrimoine. Ce qui est assez drôle lorsqu’elles s’équipent d’outils digitaux de plus en plus performants pour réussir les marchés financiers.

Accompagnement & service client

L’éternel débat entre la législation européenne et américaine est au cœur de l’ouragan des robots conseillers. Est-il préférable de choisir une offre de services en Europe ou un robo advisor aux US ?

Une fois encore, chaque épargnant voit dans toutes les opportunités, qui lui sont proposées, quasiment quotidiennement, différents éléments qui lui permettront peut-être d’atteindre ses objectifs.

Il est vrai que la législation américaine est plus souple sur les conditions d’accès, le niveau d’exposition tolérée et la qualité des robo advisors. Au-delà de profits apparemment plus juteux, il ne faut pas oublier que les contrats d’assurance vie ne fonctionnent pas pareil ou que les marchés financiers ne sont pas régulés de la même manière qu’en Europe. Sans compter l’exposition supplémentaire avec le taux de change entre l’euro et le dollar.

De plus, la France est particulièrement impliquée dans ce domaine avec l’émergence de start up innovantes et soucieuses de donner accès au plus grand nombre à une fructification d’épargne plus intéressante que les banques traditionnelles, avec des outils efficaces à frais réduits. Nous ajouterons que la prise de risque est moindre grâce à une supervision humaine totalement incluse dans la boucle de décision.

Nous aurions tendance à donner des avis plus favorables envers toutes les innovations et solutions d’investissement établies et encadrées par les lois du marché unique européen. C’est un frein en moins à gérer dans la bonne tenue d’un portefeuille d’actifs financiers.


A qui s’adressent les robo advisors ?

Nous pourrions convenir que les conseillers virtuels en Finance sont plutôt destinés à un public jeune à cause de leurs technologies avancées, de leur dématérialisation complète et de leur gestion beaucoup plus autonome. En conclure que les robo advisors s’adressent aux jeunes est un raccourci qui n’englobe pas toute la vérité.

En effet, plusieurs études ont démontré que la gestion digitale, accompagnée par un programme d’intelligence artificielle, de contrats d’assurance vie ou encore de portefeuilles d’actifs fait toujours plus d’adeptes parmi les clients de la tranche d’âge 45 – 65 ans. Ce qui leur plaît énormément c’est évidemment l’autonomie retrouvée dans leurs placements, ainsi que des rendements plus intéressants que les acteurs traditionnels à qui ils confiaient leur épargne jusqu’à maintenant.


Robo advisor & ETF

Tous les robots conseillers n’utilisent pas nécessairement des ETF dans leurs portefeuilles profilés. Pourtant c’est une pratique qui se répand de plus en plus. Lorsqu’on parle d’assurance-vie, il est souvent question de différents produits constitutifs : fonds en euro, actions, obligations et matières premières. Encore beaucoup de plateformes en ligne utilisent ce modèle.

Pourtant IA et ETF font plutôt bon ménage dans le cadre d’une gestion performante et sécurisée. Certes ce type d’actif présente quelques risques inhérents à leur volatilité, mais les ETF ont l’avantage d’être moins chers à négocier par les plateformes digitales et d’offrir plus de souplesse que les actions achetées en nom propre ou les obligations.

C’est pourquoi un conseiller numérique comme Nalo (ou encore Wesave) intègre dans des proportions différentes des ETF dans leurs portefeuilles profilés. Plus le client choisit une offre à fort rendement, et donc plus exposée à la volatilité, plus la part d’ETF est importante. Les ETF sont un actif qui s’intègre bien dans l’écosystème du portefeuille en Bourse piloté.

robot advisers guide

Robot conseiller : opportunité ou arnaque ?

Une question totalement légitime à propos d’un système d’investissement encore très jeune. En France, les robots conseillers, qui ont percé, ont entre 3 et 4 ans d’existence. Nous manquons de recul pour évaluer avec pertinence les performances et la fiabilité des investissements pilotés par une IA.

Cependant, il est certain, en l’état actuel des choses, que les chiffres mis en avant sont un signal fort de l’efficacité et du potentiel incroyable à mettre au crédit des advisors en investissement. L’idée de pouvoir piloter en toute autonomie, avec des frais réduits, et des rendements plus importants, un contrat d’assurance vie ou encore un portefeuille d’actions est tout à fait attractive. Si nous devons comparer avec ce qu’il existe actuellement sur le marché de l’épargne de prévention (assurance vie, PERP), la gestion avec assistant digital est une réussite.

Le plus difficile est de déterminer si cette innovation de la Fintech est un épiphénomène ou une tendance qui va perdurer. De plus, notre expérience avec les robots de trading automatiques, qui sont loin d’être toujours fiables, nous pousse à garder la tête froide avec les robo advisors utilisés dans d’autres secteurs de la Finance.

Sur le papier, ce système présente un grand nombre d’avantages, qui ouvre la voie à de nouveaux profils d’investisseurs avec ou sans compétences spécifiques, à moindre frais et avec des rendements très intéressants. Les années, qui viennent, vont étoffer cette analyse et permettre de déterminer si le concept est une arnaque.


Robo advisor : ça rapporte combien ?

Les profits engrangés, grâce à un robo advisor, vont varier d’une plateforme en conseil digital à une autre. Nous retrouvons malgré tout certaines orientations communes qui sont de bons indicateurs des attentes raisonnables que nous pouvons avoir avec un contrat piloté avec robo advisor :

  • Profil défensif avec des placements peu risqués et un rendement autour de 3% annuels ;
  • Profil équilibré qui regroupe des actifs sécurisés et des instruments plus dynamiques plus exposés. Attentes aux alentours de 5% annuels ;
  • Profil dynamique qui marque une rupture avec les 2 profils précédents puisque plus de la moitié des éléments du portefeuille sont des produits risqués. Performance d’environ 8% par an ;
  • Profil offensif où la grande majorité des fonds sont investis dans des actifs dynamiques et performants, avec une exposition au risque maximale. Rendement entre 10% et 15% par an.

Soit sur un capital de 1000 euros :

  • 30€ bruts en défensif ;
  • 50€ bruts en équilibré ;
  • 80€ bruts en dynamique ;
  • Entre 100€ et 150 euros bruts en offensif.

Robo advisor : ça coûte combien ?

Depuis le début de ce guide ultime sur les robo advisors, nous avons évoqué à plusieurs reprises les frais réduits liés à la gestion d’un compte / contrat avec ce système. Par rapport à une gestion traditionnelle, certains frais liés à l’utilisation du conseiller financier digital sont à ajouter. Mais la digitalisation intégrale permet de réduire drastiquement les commissions d’arbitrage et les frais liés aux ressources humaines. 

Les 3 meilleures offres du marché – Yomoni, Nalo et Wesave – font jeu égal sur la question des frais de gestion avec respectivement : 1,60% annuels, 1,60% annuels et 1,65% par an. C’est dans la répartition que les choses différent :

  • Yomoni et Nalo : 0,6% pour l’enveloppe fiscale, 0,7% sur la part en UC et 0,2 / 0,3% sur les frais d’UC ;
  • Wesave : 0,85% pour l’enveloppe fiscale, 0,55% sur la part d’UC et 0,2 / 0,3% sur les frais d’UC.

En comparaison des produits bancaires ou de gestionnaires de patrimoine classiques, un niveau de frais si bas est vraiment attractif.


Robo conseiller : les erreurs à éviter

Le robo conseiller est une excellente option pour les investisseurs débutants puisque le pilotage via un algorithme mathématique permet de prendre des décisions rationnelles et dénuées de tout affect. Pourtant il faut faire attention à certains points pour éviter une faillite personnelle :

  • Investir la totalité de son épargne via un seul robo advisor ;
  • Ne pas superviser et contrôler régulièrement les résultats de ses placements ;
  • Ne pas diversifier ses placements sur d’autres supports et plateformes en ligne ;
  • Ne pas rester en veille sur les innovations technologiques.

Être accompagné et conseillé par une intelligence artificielle conçue pour les placements financiers est une chose, mais perdre le contrôle sur son épargne en est une autre. Il est crucial de garder cette idée en tête lors de l’utilisation de ce type de plateforme et services d’assistance en Bourse.


Réglementation des robots advisors

Quelle place occupent les robo advisors dans le schéma de la réglementation française ? A ce jour, l’ensemble des conseillers digitaux sont traités de manière identique aux Conseillers en Investissement Financier (ou CIF). L’AMF (Autorité des Marchés Financiers) et l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) considèrent donc que les robo advisors ont les mêmes droits et responsabilités que les humains qui agissent dans la gestion du patrimoine des français.

Il est donc convenu que les robo advisors, qui sont toujours sous la houlette d’un comité humain d’expertise en France, peuvent conseiller, administrer et passer des ordres pour le compte de leurs clients, selon le niveau d’autonomie accordée dans le contrat. Leur objectif principal est de sécuriser et de développer le patrimoine investi aux meilleurs des intérêts des clients.

Avec le développement incroyable de ces écosystèmes novateurs, la législation risque d’évoluer au cours des prochaines années avec de nouveaux statuts selon le cœur d’activité où est impliquée l’intelligence artificielle.


Avantages et inconvénients des robo advisor 

Faisons un focus sur les avantages et inconvénients principaux à l’utilisation d’un conseiller digital en investissement financier.

Avantages des robo advisors

  • Frais de fonctionnement moins importants que les offres traditionnelles (banques / assurances) ;
  • Simulation, souscription et gestion 100% digitale → gain de temps ;
  • Suivi régulier et transparent depuis différents supports numériques ;
  • Investissement encadré et assez prudent qui évite des erreurs de novices ;
  • Autonomie de pilotage avec expérience personnalisée.

Inconvénients du robo advisor

  • Simulation parfois imprécise à cause de formulaire trop vague ou difficile à remplir ;
  • Manque de variété d’enveloppes fiscales ;
  • Exposition aux dysfonctionnements techniques.

Sur quelle technologie reposent les robo advisors ?

Les robots advisors reposent sur une Intelligence Artificielle (ou IA) qui fonctionne sur la base d’un algorithme mathématique qui a pour mission d’analyser les marchés financiers, leur évolution et de calculer les meilleures probabilités pour faire des profits. Sur le principe, un robo advisor fonctionne comme un robot de trading automatique. La grosse différence est que les investisseurs n’ont pas besoin de faire des paramétrages complexes et potentiellement à risque. 

Cette technologie est déjà présente depuis de longues années dans les banques et autres institutions financières. L’ère digitale a simplement enclenché une démocratisation de ce système pour raccourcir et simplifier les parcours des investissements particuliers.

Certains détracteurs du robo advisor ont la dent dure avec ce système puisqu’ils considèrent, qu’en réalité, les modèles mathématiques, utilisés pour les projections et prises de décisions, sont totalement obsolètes car basés sur des modèles économiques des années 50 (cf théorie moderne du portefeuille). Qu’il est souvent plus question d’un algorithme marketing que financier. A terme, il est préférable que l’IA aux commandes fasse une mise à jour importante pour coller aux nouveaux modèles économiques de la Bourse mondiale.

robo advisors technology used

Conclusion : faut-il avoir recours à un robo advisor ?

Dans l’absolu, nous portons un avis plutôt favorable envers le robo advisor. Il constitue une excellente alternative aux solutions d’investissement traditionnelles. Sa facilité d’accès, ses frais réduits et sa grande autonomie de gestion offrent aux particuliers un moyen sécurisé et moyennement risqué de faire fructifier leur épargne.

Pourtant, il est bon de rester très prudent quant à l’utilisation de cette méthode. En février 2021, les Etats-Unis ont connu des bugs informatiques majeurs de leurs robo advisors. Les innovations proposées en Europe sont encore très récentes. 3 ou 4 ans maximum, ce qui laisse peu de recul sur les réelles performances générées par les conseillers digitaux. Certains experts craignent un épiphénomène qui laissera des milliers d’épargnants sur le carreau, ou alors bien loin de profiter des résultats espérés.

Des offres comme Nalo, Yomoni ou encore Wesave en France cartonnent et attirent toujours plus de nouveaux adeptes du robo advisor. Cette innovation Fintech présente un énorme potentiel à condition que les évolutions techniques perdurent, sans hausse de frais de fonctionnement.

Sébastien Mareuil
Partager l'article :
Dans quelles Actions et Crypto-monnaies notre équipe investit-elle ?
abonnement newsletter droitdunet
Ceci n'est en aucun cas un conseil d'investissement. A tout moment, vous restez libre de vos décisions.