Trading de CFD | Guide ultime pour se lancer en 2021 en tant que débutant

Lorsqu’il est question de faire fructifier son épargne, plusieurs choix s’offrent aux investisseurs. Des options qui présentent des niveaux de risque et de rendement extrêmement variables. Le trading en ligne est l’une de ces options. Souvent décrié par faute de connaissances et de formations adéquates, investir son argent sur les marchés financiers – et plus spécifiquement dans les CFDs – est considéré, à tort, comme une sorte de loterie très aléatoire. Dans notre guide ultime, nous allons détailler ce qu’est le CFD trading, son potentiel économique, ses stratégies, son fonctionnement en Bourse ainsi que les pièges à éviter pour perdre son argent.



CFD Trading : c’est quoi ?

Commençons notre immersion dans l’univers du trading CFD avec :

  • Une définition de CFD ;
  • Un exemple concret d’un trade réussi. 
Cfd-Contract,For,Difference,Abbreviation,Business,Concept

Explication du trading de CFD

L’acronyme CFD signifie Contract For Difference. Ce sigle anglophone englobe toute action menée par un CFD trader pour négocier sur les marchés financiers sans posséder (achat ou vente) les actifs dits sous-jacents. Le CFD trading entraîne avec lui un grand nombre de notions comme l’effet de levier, la marge, la vente à découvert ou le hedging.

Le trading de CFD concerne donc l’ensemble des actions de négociation (signature de contrat bilatéral) conduites par un investisseur pour acheter ou vendre des CFD. Autrement dit des contrats pour la différence en français. Trader les CFD signifie qu’un trader a la possibilité d’intervenir sur l’ensemble des marchés financiers – forex, action, crypto monnaies, matières premières, indices – sans jamais posséder lesdits instruments financiers. Un CFD trader spécule sur le prix des actifs sous-jacents, et peut donc gagner de l’argent si le cours coté en Bourse est à la hausse comme à la baisse. En d’autres mots, le CFD trading noue des contrats entre les acheteurs et les vendeurs, qui acceptent de trader sur la différence de prix d’un produit financier entre le moment de l’achat (ouverture de position) et l’instant de sa clôture (fermeture de position).

Le trading de CFD en ligne s’accompagne de tout un jargon technique dont il est bon d’avoir connaissance pour être certain de bien comprendre les enjeux et les risques inhérents à ce type de stratégie d’investissement. Comme nous l’avons indiqué juste avant, tous les marchés sont concernés. Lorsqu’on parle de CFD sur forex, il s’agit de trading sur des produits dérivés de paires de devises. De la même manière, un CFD sur le CAC 40 correspond un actif sous-jacent qui permet de profiter des mouvements à la hausse comme à la baisse du cours du prix de l’indice des 40 plus grandes entreprises françaises. Les CFDs sur la Bourse concernent tous les segments. Il est possible de négocier sur la tendance d’actions internationales comme Apple ou Google, sans avoir à débourser les droits d’entrées parfois importants d’un unique titre.

Les CFD sont intimement liés à l’effet de levier, qui offre la possibilité, via un crédit octroyé par le broker de son choix, d’augmenter sa capacité d’investissement sans augmenter son capital initial. Par exemple, selon la réglementation européenne (ESMA), l’effet de levier sur les CFDs sur forex est limité à 30:1 (soit somme investie multipliée par 30) pour les investisseurs particuliers. Les courtiers autorisent ou non une ouverture de position selon le niveau de marge disponible, selon l’importance de cet effet de levier.

On parle de position short lorsqu’un trader se positionne à la vente (prévision d’une baisse du prix d’un actif). Inversement on dit qu’un investisseur choisit une position long lorsqu’il fait un trade à l’achat (spéculation sur une hausse du prix du marché).

67% des comptes des investisseurs de détail perdent de l’argent lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur

5/5
5/5
ETORO

Avantages

Inconvénients

Exemple d’un trade CFD sur le CAC40 réussi

Illustrons cette définition par une simulation de CFD. Reprenons notre exemple d’un trade CFD sur le CAC 40. Un CFD trader, après une analyse technique complète (via les indicateurs financiers notamment), décide d’ouvrir une position sur le CFD de l’indice CAC 40. Son analyse lui indique que la tendance est haussière. Il se positionne donc sur un achat (long). Si, comme il l’avait prévu, le prix de l’indice CAC 40 continue d’augmenter, il fait des profits. Il encaisse la différence entre le cours au moment de l’achat et celui au moment de la clôture. Cette différence est calculée en pips. Le prix du pip est fonction de la somme investie et de l’effet de levier choisi.

A contrario, si la tendance évolue dans le sens inverse de la prévision, le CFD trader perd de l’argent. L’usage d’un Stop Loss intelligemment placé permet de limiter les pertes et de maintenir un bon money management.


L’importance capital du choix du broker

Nous l’avons évoqué à de nombreuses reprises dans d’autres guides sur comment investir efficacement en Bourse, selon les différents marchés financiers, le choix de son broker est indispensable pour s’offrir le plus de chances possibles de devenir rentable. Nous avons porté notre attention sur 3 critères, qui nous semblent incontournables pour le CFD trading : les actifs disponibles, la grille de tarifs et les outils techniques.

Regarder les sous-jacents disponibles

Il nous paraît toujours aussi important d’accorder une véritable attention au catalogue d’instruments financiers disponibles chez les courtiers CFD sur le marché. En effet, même si cela peut paraître inutile lorsqu’on est débutant puisque, bien souvent, on se forme sur un type d’actifs particuliers (forex, action, indices, crypto monnaies, matières premières, etc.), il est important d’ouvrir un compte de trading qui offre un grand nombre d’opportunités différentes afin de diversifier son portefeuille.

De plus, l’avantage du trading CFD est que l’approche sur les plateformes reste identique quel que soit le marché concerné. L’objectif est d’établir des prévisions les plus fiables possibles pour décider d’acheter ou de vendre son CFD. Il est donc très facile de trader sur plusieurs marchés avec des outils techniques identiques et des mécanismes similaires : ouverture de position sur graphique, définition d’un Stop Loss / Take Profit, utilisation d’indicateurs techniques, définition d’un effet de levier, etc. 

Plus les sous-jacents disponibles sont nombreux, plus il est alors possible pour le CFD trader de profiter d’un grand nombre d’opportunités, à tout moment de la journée, à très court terme (scalping), court terme (day trading) et moyen terme (swing trading). Les formations aux CFD se concentrent sur les mécanismes de la Bourse et informent sur la grande volatilité (donc d’un risque important) des instruments proposés en version CFD trading.

Tarif & commissions

Ce point touche directement à la rentabilité d’un portefeuille. Le poids des frais de courtage n’est pas à prendre à la légère. En effet, le trading de CFD entraîne souvent l’ouverture d’une très grande quantité de positions afin de gagner suffisamment d’argent pour être financièrement intéressant. De plus, la volatilité des prix des actifs peut conduire à un besoin d’ouverture de positions supplémentaires pour couvrir les pertes constatées. Un broker se rémunère majoritairement via les spread et les commissions appliqués sur les positions. Plus ces spread et commissions sont importants, plus ils vont entamer la rentabilité (à moyen ou long terme) du portefeuille d’un trader de CFD. 

Avant d’ouvrir un compte de trading et de faire un dépôt de capital, il est impératif d’étudier attentivement la grille de tarifs des brokers CFD. Certains pratiquent des frais très avantageux, voire gratuits (ex : eToro et XTB pratiquent le Zéro commission sur les actions), là où d’autres font des prix d’appel compétitifs pour perdre tout intérêt à cause de frais cachés ou supplémentaires (sur la gestion de compte par exemple : frais de transactions – dépôt et retrait, ou d’inactivité comme chez Admiral Markets).

Le logiciel et la plateforme de trading

Quelle est la place du logiciel de CFD ? Il s’agit d’un point que nous pourrions négliger, persuadés que les courtiers cherchent notre confort avant tout. Pourtant toutes les plateformes de trading ne se valent pas sur le marché.

Il y a 2 grandes écoles fiables : la suite logicielle MetaTrader et ProRealTime sur CFD. Il faut avouer qu’une très grande majorité des brokers CFD reposent la structure de leurs interfaces de trading sur MetaTrader (en version 4 ou 5). Le logiciel est conçu pour répondre aux besoins spécifiques du trading à court terme avec une grande intuitivité dans l’utilisation des outils de trading (indicateurs techniques, graphique, période de temps, etc.). Selon le courtier, les fonctionnalités sont plus ou moins étendues, avec un agencement plus ou moins ergonomique.

ProRealTime est assez peu répandu chez les brokers CFD. On retrouve ce logiciel de trading très souvent chez les courtiers en actions, dont les banques (en ligne) qui proposent la gestion d’un portefeuille type Compte Titre Ordinaire (CTO) ou PEA. Les courtiers en actions (comme DEGIRO) reposent aussi leur infrastructure technique sur PRT, qui répond beaucoup plus aux attentes des utilisateurs, avec un accès à une sélection de produits sous-jacents.

Notre conseil principal est de trouver une plateforme de trading qui correspond à ses besoins et ses préférences personnelles. Il est indispensable de se sentir à l’aise avec, dans un premier temps, les fonctionnalités de base et l’environnement de trading CFD. La fiabilité du logiciel et la réactivité de la plateforme (notamment sur les délais d’exécution) doivent être irréprochables pour garantir un suivi sérieux d’un portefeuille. La consultation d’avis d’utilisateurs est une astuce facile à mettre en œuvre et constitue une bonne base d’étude préalable. Le cas échéant, utiliser un compte démo gratuit est un test très intéressant pour se rendre compte si un broker nous correspond ou non.

trading CFD platform

Ne plus manquer l'actualité crypto 💰 et boursière brûlante grâce à la Newsletter DDN 🚀
abonnement newsletter droitdunet

Devenir trader CFD : par où commencer ?

Maintenant que nous avons balayé toute la partie théorique préalable à une ouverture de compte, concentrons-nous sur quelques notions fondamentales pour augmenter ses chances de réussite dans les CFD sur la Bourse : la formation, l’entraînement et le trading social.

Suivre une formation de qualité

Beaucoup d’experts s’accordent sur une idée commune : trader les CFDs fait partie des disciplines les plus difficiles. Pourquoi faire un tel constat ? Négocier les produits dérivés présentent beaucoup d’avantages mais la discipline n’est pas dénuée d’inconvénients dont principalement la gestion du risque particulièrement sensible face à des produits très volatils. La volatilité est certes un levier de poids pour profiter de multiples opportunités de tendances, mais représente une probabilité de perte qu’il ne faut surtout pas ignorer. C’est pourquoi nous ne pouvons qu’encourager les investisseurs novices à se former avant d’engager le moindre euro sur les marchés CFD. Comment peuvent-ils suivre des formations aux CFD ?

La plupart des courtiers incluent dans leurs offres commerciales des parcours de formations plus ou moins complets. S’il est question de traders 100% débutants, il est préférable d’éviter des formations qui ne font que survoler les fondamentaux. Nous conseillons les parcours d’apprentissage progressifs qui expliquent les notions à l’aide d’exemples concrets, voire de mise en application sur le compte démo lorsqu’il existe.

Il est également envisageable de suivre d’autres formations externes aux brokers. Internet regorge de contenus de qualité sous différents formats : ebooks, vidéos Youtube, tutoriels, articles experts. Des experts de la Bourse ont également créé leurs propres formations (souvent) payantes avec des niveaux de qualité variables.

Une fois encore, il est bon de comparer les différentes options avant de se décider. Se former est essentiel pour s’assurer le plus de réussite possible. Cependant, il est primordial de choisir un parcours d’apprentissage qui correspond à ses objectifs de gains et à sa méthodologie d’acquisition. Une fois les fondements maîtrisés, il est plus facile de définir une stratégie d’investissement fiable pour gagner de l’argent à court, moyen et long terme.

Simulation & demo trading de CFD : ça vaut le coup ?

Le CFD Trading ne fait pas exception à la règle. S’il est possible à un potentiel trader de s’entraîner via une simulation et / ou un compte démo de CFD trading, notre avis est clair : cette approche est 100% judicieuse. Pour quelques jours, semaines ou mois, un compte de démonstration qui offre une simulation en conditions réelles de trading CFD est de loin le meilleur apprentissage envisageable. C’est l’occasion de s’approprier les règles et les codes des marchés financiers, de comprendre les frais de courtage, l’importance des indicateurs techniques pour définir une tendance et suivre une stratégie ou encore de constater à quel point le money management est indissociable de tout placement financier. 

Lorsque la plateforme d’un broker intègre un compte client de démonstration pour une simulation gratuite, cela offre l’avantage supplémentaire de découvrir, sans le moindre risque, l’ensemble des fonctionnalités techniques du logiciel proposé. Cela représente un temps nécessaire pour : 

  • S’accorder le droit à l’erreur sans conséquences désastreuses pour un capital initial ; 
  • Définir ou préciser des objectifs financiers en phase avec une stratégie basée sur le trading de CFD ;
  • Constater le potentiel énorme de la négociation d’un contrat sur de tels actifs ;
  • Gagner en confiance pour éviter les biais psychologiques inhérents au trading en suivant une stratégie / money management stricts.

Trading social & CFD font-ils bon ménage ?

C’est une question légitime par rapport à une tendance fonctionnelle de plus en plus présente chez les brokers. Pour rappel, le trading social est une stratégie d’investissement qui permet de profiter des informations de trade d’investisseurs référents afin soit de copier directement une ou plusieurs positions, soit de recueillir des données techniques qui permettent d’établir sa propre stratégie. Le trading social se compose principalement d’une dimension réseau social avec des échanges experts sur une plateforme dédiée, et d’une dimension logicielle qui offre des outils comme le copy trading automatisé ou non. Par exemple, le broker eToro est mondialement connu pour sa plateforme de trading social complète. Admiral Markets propose également une offre de social trading attractive.

D’un point de vue pratique, trading social et CFD font très bon ménage. Une telle approche – rapide et intuitive – correspond tout à fait à la philosophie Internet et réseau social où des personnes avec un centre d’intérêt commun (la Bourse en ligne) échangent et partagent leurs conseils, questionnements et stratégies. Si nous ajoutons les fonctionnalités logicielles qui automatisent la copie de positions, sans passer par la case analyse technique, le trading social est un atout très intéressant pour les utilisateurs débutants. Ils peuvent espérer augmenter leur capital, en continuant à se former et à réduire au maximum le niveau de risque.

Cependant, il est raisonnable de garder en tête que le trading social ne remplace pas une connaissance approfondie et une maîtrise avancée des mécanismes des marchés boursiers. Il peut être adopté en stratégie initiale puis en complément d’une gestion personnalisée d’un portefeuille d’actifs. Il ne faut pas oublier que nombre de courtiers ne garantissent aucune sécurité ou contrepartie en cas de fermeture soudaine de positions CFD de la part des traders référents. De telles situations peuvent engendrer des situations qui mettent à mal un capital.


Quel est le meilleur sous-jacent pour le trading CFD ?

Il n’existe pas de réponse toute faite à cette question. Nous l’avons souligné à plusieurs reprises dans ce guide ultime sur le CFD trading. Les CFDs constituent un nombre quasi infini d’opportunités sur les marchés financiers. Le meilleur produit sous-jacent est le produit qui s’accorde avec une stratégie d’investissement définie par un capital, une objectif et un délai d’obtention. Plus le marché est volatil, plus il est envisageable de saisir des opportunités alléchantes. Par exemple, le forex (le marché des devises), très volatil, est parfaitement adapté au scalping pour une multiplication de positions sur un laps de temps court (quelques secondes / minutes) en tirant profit de micro variations. Ce sont plus de 5000 milliard de dollars qui s’échangent au quotidien De plus, le marché forex est ouvert 5 jours sur 7, 24 heures sur 24.

Les CFD sur action sont une autre excellente option pour les investisseurs qui se reposent sur une approche moins agressive, avec une vision à plus long terme. Il est donc possible de profiter des fluctuations plus douces des prix des actions d’entreprises cotées, sans en être le propriétaire de titres. A la hausse comme à la baisse.

Il n’y a pas de meilleur sous-jacent pour le trading CFD. Mais des dizaines, voire des centaines, d’actifs dérivés qui s’intègrent dans une vision plus globale. Le but affiché est de profiter d’un maximum d’opportunités sur un maximum de marchés, sans certaines contraintes liées à la négociation de contrat d’actifs en direct. Le trading de CFD est une initiation intéressante et dynamique à la diversification d’un portefeuille financier.


Les top Stratégies pour le trading de CFD

Plusieurs stratégies se prêtent plutôt bien à la négociation de chaque contrat type CFD : le day trading, le scalping et le swing trading.

Day trading

En quoi consiste le quotidien d’un day trader ? Sa mission est relativement simple. On considère qu’un investisseur en CFD fait du trading lorsqu’il passe au moins 10 contrats (positions) par jour, et qu’il clôture ce volume de contrats dans les 24 heures. Cela permet de lui éviter les frais potentiels dus à l’overnight (frais de nuitée) ou les gaps (trou entre le cours de fermeture de la veille et le prix d’ouverture du lendemain) qui peuvent être très dangereux. Surtout pour les petits capitaux.

Le day trading s’adapte bien aux CFD puisque tous 2 sont motivés par une multiplication des positions pour répartir la probabilité de perte, tout en bénéficiant de plusieurs opportunités sur les marchés. Des petits montants répartis sur l’ensemble d’une session de trading avec comme ambition d’obtenir plus de 50% de trades gagnants pour être considéré comme rentable.

Scalping Trading

Le scalping trading est, en quelque sorte, le fils spirituel du day trading. Son mécanisme est le même : profiter des micro variations de prix des actifs en se positionnant dans le bon sens d’une tendance. Le scalping est une juxtaposition de petits contrats sur des durées très courtes, de quelques secondes à quelques minutes maximum. C’est une stratégie à haut risque car très agressive, et qui est motivée par la réalisation d’un grand nombre de transactions, les plus rentables possibles grâce à l’effet de levier, tout en cherchant le niveau de perte minimum. 

Le  scalping peut vite conduire à l’overtrading où le trader augmente sans cesse (et sans le recul nécessaire) son nombre de transactions dans le but soit d’augmenter ses gains de façon exponentielle, soit de couvrir ses pertes accumulées sur une session. Le scalping nécessite une grande maîtrise de soi pour éviter de tomber dans ses travers. Le CFD trading se prête très bien, surtout le forex, à une telle stratégie d’investissement

Swing trading

Dernière stratégie totalement adaptée aux CFD : le swing trading. Contrairement au day trading et au scalping, le swing trading est une stratégie qui s’inscrit dans une logique à moyen terme. Un swing trader est un investisseur qui émet des contrats qui durent plus de 24 heures et qui ne dépassent pas 7 jours. On considère souvent que le swing trading est peut être la stratégie de CFD trading la plus difficile puisqu’il faut être en mesure de réaliser une analyse technique suffisamment solide pour prévoir sur plusieurs jours la tendance d’un actif, tout en réalisant suffisamment de bénéfices pour couvrir les frais de courtage sur le maintien de positions sur plusieurs jours. 

Certains actifs se prêtent mieux au swing trading que d’autres. Par exemple, les CFD sur action, indices et sur cryptomonnaies sont plus adaptés à cette stratégie car moins touchées par une trop grande volatilité, et souvent encadrées par des frais réduits sur les transactions plus longues.

CFD trading

Les meilleurs indicateurs pour le trading de CFD

Si on considère que la négociation des CFD est du trading de tendance, certains indicateurs financiers sont totalement indispensables pour réduire le risque et optimiser la réussite. Voici notre sélection :

  • Les Moyennes Mobiles ou MM ;
  • Le MACD pour Moving Average Convergence Divergence ;
  • Le RSI pour Relative Strength Index ;
  • OBV pour On Balance Volume ;
  • Les bandes de Bollinger ;
  • Le nuage d’Ichimoku.

Un indicateur technique ne fonctionne pas seul. Il est impératif de le coupler avec au moins un autre, qui se concentre sur un ou plusieurs signaux importants. Le but est de confirmer ou d’infirmer une tendance avant de prendre position. De plus, selon le contexte du marché, certains indicateurs sont plus pertinents que d’autres. Il est donc judicieux de déterminer quand les utiliser avec efficacité.


Trading de CFD : arnaque ou opportunité ?

Il est temps de mettre fin à la rumeur populaire qui exprime très clairement que le CFD trading est une arnaque.

L’opportunité du trading de CFD

En quoi le CFD trading est-il une véritable opportunité ? 

Trader les CFD constitue une aubaine pour tous les traders qui souhaitent profiter un maximum de tous les marchés boursiers, le plus facilement possible. C’est un accès simplifié, à partir d’un seul compte de trading, à toutes les familles d’instruments dans des conditions lissées. Depuis une seule plateforme, un trader peut négocier, dans des conditions optimales et à court terme, plusieurs contrats avec de vraies opportunités de gagner de l’argent en profitant de la hausse et de la baisse des prix des marchés.

L’effet de levier, certes encadré par les lois européennes, permet de commencer à faire du profit même avec un petit dépôt minimum initial. Certains courtiers ouvrent l’accès au compte réel dès 10 euros. Il n’est plus question de devoir capitaliser 10 000 ou 20 000 euros avant de se lancer en Bourse. Avec une bonne formation technique, le trading de CFD est accessible à tous, depuis plusieurs brokers de confiance avec une large palette d’actifs.

CFD trading : pourquoi ce n’est pas une arnaque ?

Le CFD trading n’est pas une arnaque puisqu’en aucun cas les courtiers ne cachent forte probabilité de perte de l’investissement financier via les contrats pour la différence. La mécanique d’effet de levier est très attractive, mais reste au profit des brokers dans tous les cas. Il est indispensable de se protéger de certaines publicités, qui ne présentent que les aspects lucratifs de la négociation des CFD. Le cas échéant, ce qu’il faut pointer du doigt, ce n’est pas la discipline financière en elle-même, mais plutôt les plateformes commerciales qui ne réunissent pas toujours les conditions nécessaires à une sécurité et un accompagnement de qualité, dont l’objectif est de tromper leurs clients pour encaisser leurs fonds par des pratiques douteuses. 


Trader les CFD : le pour et le contre

AVANTAGESINCONVÉNIENTS

Avantages du trading CFD

  • Accès à une vaste gamme d’actifs financiers ;
  • Profit sur les marchés à la hausse comme à la baisse ;
  • Augmentation de ses gains grâce à l’effet de levier ;
  • Diversification de son portefeuille et couvrir certaines pertes ;
  • Accès potentiel au marché en direct ou DMA.

Inconvénients du trading CFD

  • Paiement de spread pour le financement des CFD ;
  • Aucune possession des actifs  avec les avantages potentiels (ex: les dividendes d’une action réelle d’une société cotée) ;
  • Augmentation des pertes via l’effet de levier (cf marge).

Trading CFD: les erreurs fréquentes

Un trader débutant est par essence un investisseur qui ne dispose pas des connaissances suffisantes pour gagner de l’argent en Bourse, et qui s’expose donc au risque de perdre son capital. Il commet donc des erreurs qui peuvent avoir des conséquences dramatiques. Voici notre sélection des erreurs les plus fréquentes :

  • Ne pas avoir de stratégie d’investissement et de money management. Où et quand prendre position ? Quel niveau de pertes toléré ? Où et quand fermer un ordre ? ;
  • Ne pas maîtriser ses émotions et tomber dans les biais de la psychologie du trader ;
  • Ne pas avoir confiance en ses propres analyses ;
  • Ne pas réguler sa présence sur les marchés (ou overtrading) ;
  • Se croire plus intelligent que les marchés ;
  • Ne pas spécialiser sur 1 ou 2 types d’actifs ;
  • Ne pas oser franchir le pas du compte démo au compte réel.

Cette liste est bien évidemment non exhaustive. Les traders débutants ne commettent pas toutes ces erreurs simultanément. Nous sommes impactés différemment par les sentiments d’échec, de réussite et d’égo. Trader les CFD nécessitent une force mentale importante pour prendre les bonnes décisions au bon moment.


Combien d’argent faut-il pour devenir trader de CFD ?

Il n’y pas véritablement de règles au sujet de l’investissement pour devenir un trader de CFD. Nous l’avons répété à plusieurs reprises au cours de ce guide. Les CFD proposent l’utilisation de l’effet de levier qui augmente la capacité d’investissement, sans augmenter le capital déposé. Grâce à ce mécanisme à double tranchant (les pertes augmentent proportionnellement en cas de positions perdantes), les clients à petit budget peuvent quand même se positionner sur les marchés.

Il est important de n’investir que l’argent qu’on est prêt à perdre et donc non essentiel à sa vie quotidienne. En cas d’hésitation, il est toujours possible de faire un dépôt minimum en accord avec les conditions générales du broker. De quelques dizaines à quelques centaines d’euros. Certains spécialistes s’accordent sur un montant optimal de 1000 euros pour faire du CFD trading, car cela offre suffisamment de marge aux traders en cas d’une succession de transactions perdantes.


Conclusion: faut-il se lancer dans le trading de CFD ?

Nous ne pouvons cacher que le CFD trading n’est pas l’approche la plus simple et sécurisante de la Bourse. La grande volatilité des CFD et l’utilisation de l’analyse technique peuvent donner une certaine aura d’inaccessibilité. Le marché des actions, voire des crypto-monnaies, semble moins complexe et présenter une probabilité de perte réduite avec son approche à plus long terme et une valorisation historique des marchés.

Pourtant, les CFD constituent une excellente opportunité de placement pour tous les profils de traders, petits et gros porteurs. A l’image des autres marchés, nous conseillons de se former en amont afin de bien prendre conscience de l’exposition au risque et de son niveau de tolérance face à celui-ci. Flexible avec un gros potentiel de rentabilité, trader les CFD s’inscrit naturellement dans une gestion dynamique d’un portefeuille boursier.

Sébastien Mareuil
Partager l'article :
Ne plus manquer l'actualité crypto 💰 et boursière brûlante grâce à la Newsletter DDN 🚀
abonnement newsletter droitdunet